Rennes, Here we weeeeere!

Le résumé du lundi , mardi heu mercredi… ‘fin, retour sur Rennes quoi…


Au pays de la galette
saucisse, le BAT se déplaçait le temps d’un week end dans la onzième ville de
France. De la pluie? Que nenni… mais le saviez vous? Il pleut plus à Nice
qu’à Rennes! En quantité, certes me direz vous, mais pas en nombre de jours.
C’est un fait. Pour la partie culturelle, ca s’est fait.


On vous plante le
décor : une ville médiévale (il parait… comme si on a eu le temps de visiter
; le BAT ce n’est pas que de la culture, faut pas pousser hein), une
température avoisinant celle de l’Alaska (Rennes ou l’autre capitale du cercle
Polaire si le cercle polaire pouvait en avoir une…), sept autres équipes
prêtes à sortir leurs battes pour nous frapper des hits, et deux gymnases pour
assurer le spectacle.

Cette précision
faite, nous pouvons donc maintenant vous conter la jolie petite histoire du BAT
en déplacement loin de ses repères parisiens, de ces bars ouverts toute la
nuit, de ces gymnases chauffés et de sa spécialité internationale: le reloo (ie
le parisien).

Bref, après 4h de route pour certains et une bonne
nuit-de-sommeil-près-du-four (Dufour ??)-avec-extinction
-des-feux-à-23h47-photo-à-l’appui(-d’ailleurs-on-la-voudait-bien) pour d’autres, c’est le sac d’Anne Laure
rempli de mille délices (j’en rêve encore quand je vois l’état de mon frigo)
que le convoi arrive A L’HEURE au point de rendez vous. Tout le monde de bonne
humeur, même pas fatigués (une bonne nuit de sommeil on vous l’a dit… même
pas eu froid… aprés avoir eu l’idée géniale de prendre les couvertures quoi),
plein d’envie et d’objectifs, le BAT pose ses 72 sacs à la salle de la Harpe.
Tout est parfait, le gymnase est bien indiqué si on a un GPS ou un forfait
illimité pour appeler Pok-bison-futé, l’accueil aussi chaleureux qu’à
l’accoutumée… enfin que l’an dernier quoi (et c’est important de le
souligner, je ne suis pas sure que les inuits nous auraient fait le même
accueil… vachement moins pratique avec les moufles). En même temps, la
chaleur humaine, c’est tout ce qui reste à Rennes pour faire monter la
température des corps.

Et c’est parti pour le show, on entame avec les phénix de
Caen. Le BAT n’est pas matinal, il a mal. C’est officiel, le BAT a le réveil
difficile. Tellement pas matinal d’ailleurs qu’on ne saurait pas bien vous le
décrire (on ne s’en souvient plus bien, ma paupière gauche étant en phase de
sommeil profond). Résultat: égalité… 3-3 après les 50 minutes de jeu. Pas de
répit, on enchaine alors contre les locaux : les Redwings de Rennes. Ca joue
mieux, c’est un peu plus propre, un style un peu plus efficace, de jolies
frappes, et ca décolle doucement, le BAT se permet de prendre de l’avance et
clôture le match avec sa première victoire: 6 à 3.

Il est 16h. Arbitres et scoreurs se dévouent (un grand merci
à eux) pour officier le 3 e match de la journée. Pendant ce
temps, c’est la
folie dans l’estomac de Lara, tout le monde se rue à la buvette, Marine en
pleure de joie (à moins que ca soit la moutarde), Naima a froid, Barbie fait
l’andouille mais réussit à se réchauffer, Séverine a remis son jean, le froid n’a
pas réussi à tétaniser pas les maxilaires de Charlotte qui parle toujours aussi
vite, Valoo menace de s’étouffer avec du blanc d’oeuf (le parquet s’en souvient
encore). On discute à droite à gauche, on parle philo, responsabilité civique
et propreté des rues, pour éviter que les momes glissent quand on les laisse
trainer sans surveillance parentale dans le voisinage…

Puis c’est direction le gymnase de Felix Masson: là c’est
l’euphorie, on gagne 10° et on se croirait sous les tropiques (il paraitrait qu’on
aurait même vi Naima enlever son écharpe), on finit de digérer et v’la la team
All Star Aquitaine qui vient nous chercher des noises… On se défend pas trop
mal, Naima nous éblouit de ses 2 pour 2, Prisquette nous fait des stretchs
digne d’une danseuse étoile, mais ca ne suffit pas: ils sont forts et
expérimentés… Défaite 7-0. Mais victoire pour le niveau sonore.


La journée s’achève : on rentre a l’hôtel avec une victoire,
une défaite et un nul…

Et là, c’est parti pour le grand n’importe quoi… Oui le
BAT est bruyant, indiscipliné hors du terrain, le BAT ce week end, c’était
quand même 12 filles et 3 garçons (flapons ?). Autant vous dire que c’est monté
dans les aigus. La réceptionniste s’en souviendra longtemps…

 

A peine une demi
heure pour se faire refaire une beauté (enfin, à défaut d’être vraiment belles,
on était au moins propres !), et le convoi décolle pour la maison verte (verte…
verte… y’avait pas que du vert,
yavait
aussi beaucoup de bleu, de rouge, de gris, de jaune, d’orange, de violet, bon
z’avez compris quoi…). Un passage au confessionnal pour Dudu plus tard, les 15
joueurs et joueuses prennent place pour entamer la couscous party (sans merguez
pour certains, par respect pour les voisins de chambre parait-il). Et comme le
dit si bien Dudu… vache la sauce piquante…

 

Ca se déchaine sur le dancefloor, ca picole et ca rigole, ca
se laisse porter par les vibes, les corps ondulent sur la piste de dance… Dudu
nous montre son plus beau pas de danse, Séverine nous donne une leçon de
Macarena, JP et son corps de rêve est jalousé… Certains voient double, (celles
là étaient à Rennes) d’autres triples, mais les gentils cap’tains de soirée
(parce qu’on ne le répètera jamais assez, boire ou bien (s’)conduire, il faut
choisiiiiiiiiiir). Sous l’œil de Dieu, tout ce ptit monde rentre dormir tôt…
(dormir… un bien grand mot, y’en a qui essaient mais qui peuvent pas parce que
d’autres ont trop chaud, pas envie de dormir et sont en pleine forme, ronflent…
paraitrait même qu’il y en a qui bavent, caressent les cheveux des autres avant
de les taper, certains qui se rapprochent pour essayer d’emmagasiner un peu de
chaleur… mais cela ne nous regarde pas, et à vrai dire on ne veut meme pas
savoir !)

 

Dimanche 8h45, tout le monde est prêt… enfin presque… Y’en a
qui ont perdu leur short, d’autres qui ont laissé trainer leur jambières sur le
parking (enfin, il paraitrait quand même que c’est les mêmes), d’autres qui
sont prêtes mais attendent dans leur chambre ou font des vocalises (chantent
trés mal et trés fort des chansons trés mauvaises et trés fortes ?) dans leur
voiture.

10h20 c’est le match de croisement : les bandits tentent le
hold up, mais c’est sans compter la protection divine, les encouragements du
banc, les frappes de folie, une défense qui se soude, alors qu’on est mené de 3
points, le BAT revient à égalité ! 4-4 score final, ce sera donc le dernier
match contre les redwings qui décidera de notre place au classement.

 

Le temps de faire une petite pyramide même pas immortalisée
et on y retourne :

Déjà joués la veille, les redwings et leur coach canadien
sont chez eux. Avec au moins 4 fois plus de supporters qu’a nos matchs
(z’imaginez ? y’en avait ptet 4 milliards… ca va vite quand meme) le BAT reste
solide, pas intimidé. Les changements se font nombreux, mais la motivation et
la volonté de bien faire reste constante. Allez c’est partiiii clap clap –clap
clap – clap allez c’est parti ! Le banc est chaud, ils sont peut-être 4 fois
plus nombreux, mais nous on fait 10 fois plus de bruit, tout le monde participe
et suit… en voila une équipe qu’elle est belle et des joueurs qui se font
plaisir !

Victoire 8-0

Le BAT finit donc 5 è du tournoi de Rennes.


Classement:


1- Dragons de Villefontaine

2- Phenix de Caen

3- All
Stars d’Aquitaine

4- Baseball
Club de France

5- BAT de Paris

6- Redwings de Rennes 

7- Sélection de Bretagne


8- Bandits de Nogent/Marne



Mille merci à tous ce qui ont rendu cette aventure possible
: Jipi pour l’organisation, les Redwing pour leur bonne humeur, leur bière
(vraiment) pas cher, leur café chauuuuud et leur crêpes nutella, merci aux
maltesers et aux bonbons des aires d’autoroute, au boulanger et à mon
producteur, merci au courageux photographe et à Dieu de nous avoir empêché de
faire la blague du chocolat sur la photo officielle, aux encore plus courageux
bénévoles de la buvette, aux arbitres et aux scoreurs, à la réceptionniste de
l’hotel, à nos hôtes du vendredi soir, à la mairie de Rennes, au cousin de mon
tonton, aux pauvres voisins de l’hotel premiere classe de st jacques de la
londe, à mon élastique à cheveux d’avoir tenu le coup tout le week end, merci
au café d’exister, à l’inventeur de la polaire, aux trois garçons d’avoir
supporté 12 filles, à l’humanité de nous avoir supporté…….

Ce qu’on retiendra du week end :

– que Dudu aime la sauce piquante et danse très
mal. Ce week end il a également adopté une bouteille… photo à l’appui





– que Lara boit : du cidre de la biere et du vin. Avec tout
le monde et sans restriction.

– que Charlotte n’aime pas les pommes, ni la mayonnaise, ni
les carottes, les pommes de terre, le lait, le café, le thé, l’eau, les
pates…Mais que Amy Macdonalds n’a qu’a bien se tenir, tout comme Valoo aussi,
si elle veut avoir un Sam en fin de soirée…

– que Marine, elle est trop tchippy tchip et que tout ce
qu’elle cherche, c’est des photos dossiers…

– que Séverine, elle a la macarena dans la peau !

– que Naima, elle a froid mais qu’elle a tous les bon plans
Decathlon

– que Jipi, quand il bloque pas les voitures des autres sur
les parkings, il danse avec 4, 5, 6 filles, peut étre même plus, sans avoir même
à leur payer un verre (un stylo de son bestseller pour les veaux suffit)

-que Prisca, il paraitrait qu’elle aurait chanté juste… mais
ca personne ne l’aurait encore confimé…

-que Pok, elle veut pas lâcher son verre, ni son couscous
d’ailleurs… sauf les carottes parce qu’elle aime pas trop les carottes (mais
elle devrait s’y mettre, c’est bon pour le teint)!

– que Clémence c’est la force tranquille. Un peu comme Chuck
Norris. D’ailleurs, la Nasa est formelle : les comètes n’existent pas, ce sont
des balles de softball frappé par la Clem’Norris

– que Tom, faut pas qu’il laisse « trainer son fils », ni le
sac longchamps d’Anne Laure, sinon c’est le drame… tous les ferreros ils
glissent…

– qu’Anne Laure est une sainte, mais qu’elle pourrait mettre
un peu plus de chorizo dans le cake. Et que s’il reste des ferrero, ya
preneuses…

– que les B’nV sont parfaites (si si si si c’est un fait, et
qu’après ce résumé qui leur a pris presque une semaine… elles vont aller se
coucher à coté du four)

Vous êtes arrivés jusque là ?? Mais vous êtes fous !!!!!

Vous pouvez maintenant éteindre votre ordinateur (sauf si
vous êtes au travail mais là… c’est mal) et reprendre une activité normale.

B’nV qui ont tout
donné

3 Replies to "Rennes, Here we weeeeere!"

  • comment-avatar
    Pripri
    27 janvier 2011 (10 h 37 min)
    Reply

    tout lu, tout compris !

  • comment-avatar
    Dudu
    27 janvier 2011 (10 h 37 min)
    Reply

    Danse très mal vous êtes pas vu je me suis adapté!!!!!!!!!

  • comment-avatar
    Pok
    27 janvier 2011 (10 h 37 min)
    Reply

    Nan moi mon bout de carotte je le voulais bien c’est Barbie qui a trop la dalle!


Répondre à Pripri Cancel reply

Some html is OK

UA-60673400-1